Thriller

Hématomes – Romain Slocombe

Aujourd’hui je vous amène dans les noirceurs de l’âme ou comment un recueil de 9 nouvelles peuvent vous faire frissonner en peu de temps.

17888465_10212371626106605_1103814301_n

Résumé :

Dans la campagne normande, un thanatopracteur reçoit des lettres anonymes l’invitant à un macabre jeu de l’oie. À Paris un soir de mars 1998, tandis que Guy Georges, identifié par son ADN, est sur le point d’être arrêté, la jolie étudiante Julie Coray rentre seule chez elle et se croit suivie. En Lorraine, Anne Chamberland, jeune sculptrice venue présenter une œuvre éphémère en résidence artistique, se pétrifie lorsqu’elle reconnaît, derrière les kilos accumulés, le visage de l’aubergiste qui la sert à table. Un représentant en insecticides s’invite chez un client dans l’Eure afin de lui soutirer un devis pour travaux : comment imaginer que l’homme, endetté et veuf depuis quelques jours, est capable d’un acte désespéré ?
Dans ces contes cruels sur les routes de campagne, traversés par l’instinct meurtrier et prédateur des hommes, et faisant suite au recueil de nouvelles très japonaises Route 40 (Belfond, 2016), Romain Slocombe nous replonge dans des abîmes de noirceur. Une seule règle ici : les histoires courtes finissent toujours mal…

Editions BELFOND                                                                                                          224 pages

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les éditions Belfond pour m’avoir permis de découvrir cet auteur et ce livre.

C’est donc un recueil de 9 nouvelles, remaniés par l’auteur pour certaines, qui nous montrent que le danger se trouve partout et que les gens ne sont pas forcément ce que l’on croit. A travers ces nouvelles, l’auteur réussit à nous faire passer par tout les sentiments : de l’appréhension, de l’angoisse, de la tristesse (notamment pour Sarcome du Capricorne) et même l’envie d’entrer dans l’histoire pour dire de faire attention.

Les deux nouvelles qui m’ont le plus marqué sont Eléonore et Sale temps pour les mouches. En ce qui concerne Eléonore j’ai vraiment senti la peur, le dégoût mais surtout l’angoisse montait petit à petit jusqu’à ce que cela en devienne insoutenable… On suit ici Eléonore, une psychologue en investigations criminelles, qui s’entretient avec un ancien flic amnésique pour tenter de découvrir pourquoi Est-ce qu’on l’a retrouvé errant avec le cadavre d’une femme sur les bras. Ses rêves ne sont-ils que cela ou la vérité sur ce qu’il s’est passé ? En peu de pages, l’auteur nous embarque dans cette affaire sordide et la fin… j’aurais même voulu que cela ne s’arrête jamais… Mon imagination a pris place et encore maintenant en écrivant cet article je continue à m’imaginer une tonne de scénario où la fin reste la même.

Ensuite, en ce qui concerne Sale temps pour les mouches, on suit cette fois encore une jeune femme qui attend son petit ami au supermarché. Elle rencontre un ancien ami à elle qui la propose de la raccompagner au lieu qu’elle attende sous la pluie. Mais a-t-elle raison de faire confiance même à une vieille connaissance ? Avec cette nouvelle, on en ressort bouleversé et on se dit qu’il faut se méfier de tout le monde et même de ceux que l’on croit connaître. On suit les pensées de Marion qui attend son petit-ami et qui n’arrivent pas à le joindre. Elle rencontre par la suite une ancienne connaissance avec qui elle allait à l’école. Elle accepte de se faire raccompagner. Tout se passe bien mais Marion fait une découverte qui va la faire douter quant aux intentions de son ancien ami. On se demande si elle va s’en sortir et comment ? Jusqu’au dénouement final on doute avec elle. Je ne m’attendais pas à la fin de cette nouvelle mais pfiu j’aime quand l’auteur réussit à me surprendre et à me mettre le cerveau à l’envers.

Quand aux autres nouvelles, divers thèmes sont abordés comme le racisme, l’amour, l’ambition, la maladie… L’auteur aborde vraiment avec précision les émotions et les actes malveillants de chacun. Moi qui ne suis pas vraiment adepte des nouvelles car je trouve difficile de susciter des émotions en peu de pages et bien je suis contente de m’être laissée tenter par Hématomes. D’ailleurs une des nouvelles porte le nom du livre et je trouve qu’elle est particulièrement glauque, surtout lorsqu’on aborde l’enfance d’une sculptrice d’art venus dans la Meuse pour exposer ses œuvres assez particulières il faut dire.

En bref : je ne peux que vous recommandez ce livre si vous aimez les histoires angoissantes. Merci encore aux éditions Belfond et à NetGalley. Quand à moi j’ai hâte de découvrir d’autres livres de Romain Slocombe.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s