Thriller

Celui qu’on ne voit pas – Mari Jungstedt

En ce moment j’ai envie de ressortir de ma PAL des livres qui y sont depuis plusieurs années. C’est donc pour cette raison que je me suis décidée à lire ce thriller. Prêtée à une amie qui avait adoré ce livre, je suis partie confiante. Ce que je peux déjà dire, c’est que je me suis laissée embarquer par les deux tiers du livre et la fin m’a un peu laissé perplexe. Avec une histoire qui accroche dès les premières pages je m’attendais sûrement à autre chose et du coup j’avoue avoir été un peu déçue.


celui qu'on ne voit pas.jpg

 

 

Editions Livre de poche 

439 pages

Prix : 7€10

 

 

 


Résumé : 

Après s’être disputée avec son compagnon lors d’une fête dans leur maison de campagne, Helena Hillerström sort promener son chien le long de la plage. Bientôt, cernée par un épais brouillard, elle sent qu’on la suit. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, tuée à coups de hache. Frida Lindh, une jeune mère de trois enfants, quitte le bar où ses amies et elle se rencontrent régulièrement. Malgré la nuit et les quelques verres de vin qu’elle a bus, elle prend son vélo pour rentrer à la maison. Les rues sont désertes. Elle est seule. Non. Pas seule. Une ombre la suit. Celui qu’on ne voit pas. Le commissaire Anders Knutas et son équipe mènent une longue et difficile enquête sous la pression des médias. Quel est le lien entre ces deux jeunes femmes ? Knutas doit au plus vite découvrir le mobile du meurtrier avant que celui-ci ne frappe de nouveau.


Avis :

On retrouve donc nos personnages en Suède où une soirée de retrouvailles a lieu. Ce soir-là, une altercation a lieu entre les hôtes, Helena et Per, mettant fin de façon prématuré à cette soirée. Mais voilà que le lendemain la jeune femme est retrouvée morte non loin de la place où elle se promenait avec son chien. Evidemment, tout porte à croire que c’est le mari le coupable… mais l’enquête va prendre une toute autre tournure et entraîne certains des personnages dans un passé qu’ils avaient enterrés jusqu’à présent.

Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps, vous savez que j’aime les chapitres courts, rythmés qui ne laissent pas réellement le temps au lecteur de se poser et peut parfois donner l’impression d’une course contre la montre. Et dans ce livre c’est exactement ce qu’il se passe et l’alternance de point de vue permet de suivre l’avancement de l’enquête d’un point de vue policier, journaliste mais aussi du tueur lui-même.

J’avoue ne pas avoir accroché avec le journaliste. Pour moi, cela me semblait un peu trop surfait et j’avais l’impression d’avoir le stéréotype même du journaliste qui est prêt à tout pour arriver à ses fins, qui paraît sans scrupules et qui rêve de gagner en reconnaissance. C’est un personnage qui est abordé sur différents plans, donc on le rencontre souvent. Il peut sûrement plaire à d’autres mais avec moi le courant n’est pas passé!

Par contre j’ai adoré Knutas, le commissaire, et son équipe! Même si on peut avoir l’impression d’être dans du déjà-vu, il y a toujours quelque chose qui fera que ce sera pas tout à fait pareil. J’ai aimé suivre leur avancement jusqu’au dénouement final! Un pur régal pour les yeux.

Enfin, un autre point de vue abordé est celui du tueur lui-même. Je ne sais pas si c’est moi, mais j’ai l’impression que l’on retrouve de plus en plus ce point de vue dans les thrillers et les policiers. ET c’est quelque chose qui fonctionne bien car on nous donne l’opportunité de comprendre mieux que les policiers les sentiments et la raison de ses agissements. Bref je m’égare un peu ! En tout cas dans Celui qu’on ne voit pas, cela apporte un petit plus sans être indispensable. Surtout on comprend à travers son histoire personnelle comment il a pu en arriver là.  D’avoir ce point de vue permet de lâcher prise quand la tension monte à son maximum. 

Tout au long du roman, j’ai alterné entre impatience, tension pour finir sur une légère déception, vous savez la phrase « tout ça pour ça ? ». Alors je me dis que c’est sûrement moi qui était trop exigeante et qui en attendait beaucoup… ou alors je pensais avoir plus d’explications et j’ai la sensation d’être restée sur ma faim. Pourtant ce livre à tout pour séduire: des chapitres courts, des descriptions juste ce qu’il faut, de l’action, des émotions aussi mais la chute est comme un brusque rappel à l’ordre… une impression de non-terminé.

J’ai lu ce livre d’une traite, je voulais absolument connaître le dénouement! Par là l’auteure a réussi à me séduire mais également l’envie de me faire voyager. Et c’est ça que je retiendrai. Je pense qu’il est parfois difficile d’écrire une fin qui conviendrait à tout le monde. Malheureusement ce ne fût pas le cas pour moi, mais je este persuadée qu’elle est capable à travers d’autres de ses œuvres.

« Il se libérait de tout ce qui lui avait pesé pendant tant d’années. Plus le sang coulait , plus il se sentait pur. » 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s