Récit / Témoignage

Le dernier ermite – Michael Finkel

Je tiens tout d’abord à remercier la plateforme NetGalley ainsi que les éditions JCLattès pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Il faut dire que le résumé m’attirait énormément et je me suis donc dit pourquoi pas. C’est un livre qui rapporte le témoignage d’un homme, Christopher Knight, qui aura passé près de 30 ans au cœur d’une forêt, vivant loin de tout et qui pour survivre, volera pendant tout ce temps, les habitations alentour. Mickael Finkel, journaliste, va le rencontrer à de nombreuses reprises et nous transmettre ce qu’il a appris en le côtoyant, mais aussi raconter ces 30 ans de vie d’ermite.


le dernier ermite

 

Editions JC Lattès

Prix : 18€

270 pages

Genre : Récit, essais

 

 

 


Résumé :

L’’histoire incroyable d’’un homme qui a vécu seul pendant 27 ans dans les forêts du Maine
En 1986 – c’’était l’’époque de Reagan et de Tchernobyl – Christopher Knight, un jeune homme intelligent et timide, décide de quitter la société des hommes pour vivre dans une solitude totale au coeœur de la forêt du Maine au nord des États-Unis. Pendant près de 30 ans, il ne parlera à personne, fuira tout contact, apprenant à survivre au froid et à la faim grâce à son courage et à son ingéniosité. Pendant toutes ces années aussi, il réussira à s’i’ntroduire sans trop de dommages dans certains cottages pour trouver des vêtements, des livres, des piles, de la nourriture supplémentaire… qui lui permettront de traverser sous sa tente les terribles hivers de cette région américaine jusqu’’à son arrestation en 2014.
Michael Finkel a été le seul journaliste auquel Christopher Knight a accepté d’’accorder de nombreux entretiens, en prison et après sa libération.
Pourquoi a-t-il décidé de se retirer du monde ? Qu’’a-t-il appris de ces 27 années ? Comment a-t-il supporté son retour dans la société ?
Un ouvrage qui n’’est pas seulement un récit de survie mais qui pose des questions fondamentales sur la solitude, la vie des ermites, la cohabitation avec la nature sauvage, le monde intérieur, les contrastes de notre société. C’’est aussi le portrait d’’un homme qui a choisi de vivre à sa façon et qui au-delà des souffrances y a totalement réussi.


« A l’intérieur d’un livre, la vie lui semblait toujours accueillante. »


Mon avis :

Je ne savais pas réellement à quoi m’attendre en ouvrant les pages de ce livre. M’éloignant un temps du chemin des thrillers, je sentais que j’avais besoin d’autre chose et ce récit me semblait tout à fait approprié.

Au-delà du récit en lui-même et de l’histoire incroyable que fût celle de Christopher Knight, ce n’est pas tous les jours que l’on rencontre quelqu’un qui a vécu comme ermite pendant près de 30 ans, c’est surtout cette idée de solitude que chacun se fait et de que ça représente pour nous. L’auteur s’appuie sur beaucoup d’écrits, de lectures personnelles qu’il compare évidemment à ce qu’a vécu Christopher Knight. J’en suis venue à me questionner moi-même à savoir si je supporterais ce mode de vie et surtout comment en vient-on à vouloir s’isoler.

Dans ce récit que nous livre Mickael Finkel, on apprend à connaître l’ermite petit à petit. En effet celui-ci ne se livre pas beaucoup et parle peu. En même temps, après 30 ans sans parler à personne comment peut-on se remettre à parler et à nouer des liens comme si de rien était? On apprend petit à petit les raisons qui l’ont poussé à s’isoler de la civilisation sans qu’il n’y ait de réelle raison. C’est difficile à vraiment comprendre tant qu’on a pas lu le livre mais, Christopher Knight garde cette réserve, cette partie introvertie qui fait qu’au final on ne sait jamais vraiment ce qu’il peut penser.

La relation avec Mickael Finkel est particulière, alors qu’un souhaite à tout prix échanger avec lui, l’autre demeure sur ses gardes et reste avare en mots. Cependant une relation s’instaure malgré tout et nous donne ce récit qui peut parfois en révolter plus d’un. En effet, peut-on cautionner de voler pour survivre? Peut-on accepter ses explications sans se sentir un peu excédé par son comportement ? Pourquoi est-il si difficile pour lui de réintégrer cette société? Pour ma part, j’ai été touché par cette personne, qui explique par bribes ce qui lui est arrivé et que voler n’a jamais été une source de plaisir mais une nécessité. On se prend un peu d’affection pour cet homme que l’on a « arraché » de son confort si je puis dire. Attention, je ne dis pas que je suis d’accord avec lui et des actes qu’il a commis pour pouvoir tenir toutes ces années. Cependant, c’était sa liberté que de choisir ce mode de vie et j’admire surtout ça. Accepter de couper tous les liens et « ne faire plus qu’un » avec la nature. Combien serait capable de le faire ? Moi-même je n’aurais pas ce cran, étant habituée à mon confort de vie.

En traitant l’histoire de Christopher Knight et en donnant diverses informations sur la vie d’ermite en général, l’auteur a réussi à m’intéresser et à me donner envie d’en savoir plus jusqu’aux dernières lignes. Au début je pensais que c’était une fiction, allez savoir pourquoi, et quand je me suis rendue compte que c’était une histoire tout ce qu’il y a de plus vrai, je ne sais pas j’ai trouvé que ça avait donné encore plus d’impact au récit.

En bref, j’ai été séduite par ce livre, par ce récit, par ces deux hommes que tout oppose. Je le conseille fortement à ceux qui aiment les récits, les histoires vraies et qui veulent en savoir plus sur le statut d’ermite.


« Notre santé est parfois le prix à payer de la sociabilité. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s