Et puis le silence – Yves Magne

Un résumé alléchant, me promettant un huis clos, un thriller à me couper le souffle. Sauf que ce n’est pas du tout un thriller mais le huis clos est quant à lui bien présent.


et puis le silence.jpg

 

Edition JCLattès

Prix : 18€

Pages : 220 pages

Genre : contemporain

 

 

 

 


Résumé :

Quelque part en Europe, cinq humanitaires se trouvent au coeur d’une guerre civile. Pour échapper à la menace d’un sniper, ils se réfugient dans une grange isolée. L’un des leurs, blessé grièvement, git à l’extérieur. Ses appels au secours rythment la terrible attente, suscitant angoisse et culpabilité chez ses compagnons…
Oseront-ils lui porter secours et risquer leur vie ? Jusqu’où seront prêts à aller ces hommes et ces femmes qui ont fait le choix de s’engager pour les autres ? Le devoir d’humanité peut-il l’emporter face à la violence aveugle ?
Dans un huis clos oppressant, chaque personnage se confronte à ses faiblesses et interroge ses contradictions. L’espace d’une journée et d’une nuit, les masques vont tomber.


Mon avis :

Que se passe-t-il lorsque ce que vous croyez être à la base un thriller est en fait un roman contemporain sous forme de huis clos ? Et bien on ressort frustré de cette lecture. Et pourtant c’est bien écrit, les personnages sont exploités de sorte qu’on a envie de toujours en savoir plus sur eux et leur passé. La psychologie est l’élément central de ce huis clos, elle permet ainsi d’expliquer les agissements de chacun tout en les reliant à leurs expériences passées. J’ai senti une certaine tension qui pèse jusqu’à la fin. Après tout, le sniper est-il toujours présent ? Faut-il secourir leur ami qui se trouve dehors agonisant ? Comment tout ceci va se finir? Et qu’Est-ce qui les attend dehors, là où la guerre fait rage?

Les personnages notamment Romane et Yves-Marie, sont ceux qui m’ont le plus impacté. En effet, on en découvre plus sur eux et comment ils en sont arrivés à s’engager dans l’humanitaire. Chacun a des choses à cacher, chacun à son propre passé que l’auteur partage avec nous, rendant les personnages plus humains encore. J’ai eu de la peine pour certains, j’en ai détesté, mais on ne peut réellement pas rester indifférent à chacun d’eux.

L’histoire progresse assez lentement, ou en tout cas c’est l’impression que j’en ai eu. On reste auprès de Mattéo, Romane, Yves-Marie et les autres, dans cette grange où j’ai eu la sensation de ne pas pouvoir en sortir et qu’il ne fallait pas non plus en sortir par peur de se faire abattre par le sniper. Assez étrange comme sentiment. En apparence il ne se passe pas grand chose, mais avec le recul je me rends compte que c’est surtout une ébullition psychologique qui se produit.

Je me suis posée beaucoup de questions mais en effet, je n’ai jamais eu l’impression de lire un thriller ce qui m’a dérangé. Jusqu’à la fin j’ai attendu ce retournement de situation qui changerait tout à l’ambiance ou que sais-je.

Alors que j’écris cet avis, j’ai eu le fin de mot de mon histoire, en me rendant compte qu’en effet ce n’est pas un thriller et je pense que malheureusement ça a biaisé ma lecture. Je pense même le relire en me mettant dans la tête que c’est juste un huis clos, un roman contemporain où l’on s’interroge sur la nature humaine et sur ce que nous, lecteurs, ferions si nous étions dans cette grange.

Je remercie NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s