L’enfant de mon mari – Déborah O’connor

Ce livre ne vous laissera pas indifférent. En bien ou en mal, que vous l’aimiez ou que vous le détestiez, vous ne resterez pas de marbre face à lui.


l'enfant de mon mari.jpg

Editions Presse de la cité

Genre : Thriller

 


 

 

 

 

 

Résumé :

Heidi et Jason ne sont pas un couple comme les autres. Ils se sont rencontrés dans un groupe de soutien pour parents dont les enfants ont disparu. Elle a perdu sa fille Lauren assassinée à seulement douze ans. Il cherche son fils, Barney, disparu à l’âge de trois ans.

Cinq ans plus tard, Heidi aperçoit un petit garçon qui ressemble étrangement à Barney. Et même si Jason pense à une simple coïncidence, Heidi s’accroche à sa conviction et ne peut s’empêcher de fouiner. L’enfant aperçu est-il réellement Barney ou Heidi est-elle simplement devenue folle ?


Mon avis :

Comment arrive-t-on à surmonter la perte d’un enfant ? Comment continuer à garder espoir 5 ans après la disparition de votre enfant ? Comment se reconstruire? Peut-on continuer d’espérer tout en continuant le cours de sa vie ?

Ces questions je me les suis posée à la lecture du résumé qui tend à promettre des émotions fortes de par le sujet abordé. Que ce soit l’espoir, la colère, le chagrin, l’incompréhension, préparez-vous à ne pas être épargné.

Pour ma part… je ne sais toujours pas si j’ai aimé ou non L’enfant de mon mari. Pour une raison en particulier : Heidi.

Elle m’a été antipathique du début à la fin et pourtant j’ai dévoré le livre en 2 jours, sacré paradoxe non ? Autant, le personnage m’est réellement insupportable, autant j’ai eu envie de savoir si l’enfant aperçu dans ce magasin était réellement Barney et la peine que ressent Jason m’a touché. L’écriture de l’auteure fait qu’on tourne les pages en quête d’une vérité qui peut sauver ou détruire une vie.

Alors oui, Jason paraît froid, distant, il cache des choses à sa femme et pourtant… je ne sais pas si c’est de la pitié ou autre chose mais il suscite quelque chose en vous et quand on voit le comportement de sa femme à certains moments on peut comprendre qu’il garde certaines choses pour lui… Lorsque Heidi emmène Jason vérifiait si l’enfant est le sien, on espère que oui mais tout serait tellement facile non. Et alors que Jason se résigne à un nouvel échec, Heidi s’accroche à son idée en la transformant clairement en obsession.

Après tout ça peut se comprendre, elle aussi a perdu sa fille retrouvée assassinée. Le deuil doit être difficile pour elle et elle met tout ses espoirs dans la recherche de son beau-fils, quitte à en devenir obsédée. Et ce changement se fait petit à petit, jusqu’à atteindre un point de non-retour. Et c’est bien écrit je trouve. Je m’y suis cru mais j’ai surtout perçu ce changement. C’est simple, plus je la détestais, plus je sentais qu’elle s’enfonçait dans son obsession d’identifier ce petit garçon vu à l’épicerie. Et je pense que malgré moi, j’ai adoré détester Heidi.

D’une parce que l’histoire se place de son point de vue, donc heureusement qu’elle m’a fait ressentir des choses parce que sinon la lecture aurait vraiment été pénible. Et de deux, elle donne un rythme au récit. Toutes ses décisions entraîne un évènement qu’il soit positif ou négatif. Elle se jette à corps perdu dans cette histoire, négligeant parfois ses devoirs professionnels, conjugaux et amicaux.

Et puis il y a ces scènes qui sont assez dérangeantes voire glauques. J’ai pu lire sur d’autres blogs que je n’étais pas la seule à m’être sentie mal à l’aise à certains moments… c’est ce qui fait la force du livre également. Je suis passée par tellement d’états que vraiment je ne sais toujours pas quoi en penser, ce qui est assez rare. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé parce que j’ai aimé l’intrigue, la construction de l’histoire, les révélations qui même si elles sont peu nombreuses font leur effet. Mais je pense qu’il m’a manqué un truc. Peut-être que si j’avais eu également le point de vue de Jason, ça aurait sûrement permis de diminuer le ressenti que j’éprouve fortement envers Heidi. Je n’ai jamais autant fermé un livre avec le besoin de le rouvrir dix minutes après.

Alors non, vraiment, ce thriller ne vous laissera pas indifférent. Il est à lire pour l’intrigue, pour cette perte d’objectivité, cette perte de tout contrôle malgré soi, pour ce plaisir de détester un personnage (oui faut avouer ça fait du bien parfois). Et même si je n’ai pas bien compris le dénouement qui se pose comme un cheveu sur la soupe pour moi. Ou plutôt, tout pense à croire que…alors qu’au final c’est assez logique. C’est un peu déroutant, ce qui m’a laissé encore plus perplexe sur la fin.

En bref, un thriller déroutant, un personnage détestable, des scènes qui vous mettront dans tout vos états mais une intrigue sympathique à lire.

Merci aux éditions Presse de la cité et à babelio pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

 

Publicités

2 réflexions sur “L’enfant de mon mari – Déborah O’connor

  1. Ping : Bilan Février 2017 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s