Dans l’ombre – Arnaldur Indridason

Chaudement recommandé, j’ai très vite succombé à l’appel de ce polar se déroulant en Islande dans les années 40. L’auteur nous entraîne à Reykjavik lors de la seconde guerre mondiale et dès les premiers chapitres on entre dans l’intrigue. Mais surtout pendant 400 pages, je suis restée accrochée au livre, aux personnages, à la ville… Bref, à toutes ces choses qui en font un super polar nordique.


dans l'ombre.jpg

 

Editions Points 

Genre : policier

 

 

 

 


Résumé : 

Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’un “SS” en lettres de sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941. Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue. L’afflux des soldats britanniques et américains bouleverse cette île de pêcheurs et d’agriculteurs qui évolue rapidement vers la modernité. Les femmes s’émancipent. Les nazis, malgré la dissolution de leur parti, n’ont pas renoncé à trouver des traces de leurs mythes et de la pureté aryenne dans l’île. Par ailleurs on attend en secret la visite d’un grand homme. Les multiples rebondissements de l’enquête dressent un tableau passionnant de l’Islande de la “Situation”, cette occupation de jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces, méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer des coupables attendus. Dans ce roman prenant et addictif, le lecteur est aussi fasciné par le monde qu’incarnent les personnages que par l’intrigue, imprévisible.


Mon avis :

Ici, pas de précipitation. Tout y est décortiqué, décrit de sorte que le lecteur n’éprouve pas de difficultés à s’imaginer chaque scène se déroulant dans le livre. L’intrigue principale fait ressortir des sous-intrigues et pourtant à aucun moment je n’ai eu la sensation de me perdre dans un flot d’informations destructurées. J’ai vraiment eu la sensation d’avoir un fil conducteur principal qui parfois se divise pour composer des fils secondaires. Et c’est écrit de façon tellement fluide que c’est agréable de suivre les différents protagonistes et d’apprendre à les connaître.

Il y a une certaine ambiance pesante du fait de la période à laquelle se déroule l’histoire avec l’arrivée des anglais et des américains pour protéger la population islandaise de l’invasion nazie. J’ai appris certaines choses au niveau historique notamment le fait qu’ils aient obtenus leur indépendance assez tard et qu’à cette époque ce n’est pas eux qui décident de leurs faits et gestes. Ce qui rajoute un poids dans l’intrigue dans le sens où Flovent, enquêteur de la criminelle islandaise est tout de même « contrôlé » sur ses faits et gestes ainsi que les découvertes qu’il fera tout du long de son enquête.

« L’Islande n’était plus une île à l’écart du monde. Elle avait été entraînée dans le tourbillon des événements, et nombre de choses jadis inconcevables s’y produisaient aujourd’hui. »

Alors certes, il n’y a pas un rythme effréné où il se passe quelque chose de fou à chaque page tournée mais l’auteur possède le talent de nous emmener par les mots qu’il emploie dans l’histoire sans perdre notre attention. Que ce soit le côté description des paysages, la réflexion quant à ce qui mène nos deux enquêteurs à ce point-ci et pas un autre… les phrases défilent et l’on se laisse transporter par ses mots.

D’autant que j’ai suivi leur enquête les yeux grands ouverts, à me questionner sur le pourquoi du comment mais surtout à rechercher le véritable coupable.

J’ai terminé ma lecture avec l’envie de lire ses deux livres suivants dès que possible car les révélations qui y sont faites et malgré une enquête close, l’auteur a titillé ma curiosité afin d’en apprendre plus sur ce que l’on découvre et retrouver Flovent ainsi que Thorson. Deux personnages assez différents et pourtant j’ai eu un coup de cœur pour les deux, dont une préférence pour Thorson.

En bref, laissez-vous porter par la plume de Arnaldur Indridason. Laissez-vous entrainer dans une intrigue simple en apparence mais aux enjeux complexes. Des personnages réellement bien travaillés, que l’on apprécie plus ou moins. Un décor planté de tel faon que l’on s’y croirait sans aucun doute. Et un dénouement promettant ne suite à la hauteur de ce premier livre de La trilogie des ombres.

Publicités

Une réflexion sur “Dans l’ombre – Arnaldur Indridason

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s