Les chiens de Detroit – Jérôme Loubry

J’ai mis du temps avant de me décider à lire cette histoire. En partie parce que la quatrième de couverture me tentait mais sans plus. Et je l’ai vu traîner sur instagram, sur les blogs et il a commencé à m’intriguer et j’ai cédé à la tentation. Grand bien m’en a fait ! Une lecture avalée en peu de temps parce que l’intrigue, les personnages torturés… Tout est prenant. Jérôme Loubry nous offre une première enquête détonante.


 

 

Editions Le livre de poche/ Calmann-levy

Genre : thriller

 

 

 


Résumé :

DÉTROIT A PERDU SES REPÈRES.
SES HABITANTS L’ABANDONNENT.
SES ENFANTS DISPARAISSENT.

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…


Mon avis :

Et j’ai du mal à me dire que c’est son premier thriller car niveau intensité des ressentis on se place plutôt haut il faut le dire!

L’histoire débute sur l’arrestation d’un homme suspecté des morts et kidnappings d’enfants. Dès le début les interrogations viennent à l’esprit et on se creuse déjà les méninges sur le pourquoi du comment. Et là l’auteur nous entraîne sur une affaire vieille de plus de dix ans, un cold case concernant le meurtre d’enfants par le mystérieux « Géant de brume ». Ainsi on alterne entre passé et présent. Et quand je dis présent, je veux dire quelques jours avant l’arrestation de notre suspect.

« Oui, affirmerait-elle plus tard face aux membres du comité d’enquête et d’éthique de la police de Détroit, à bien y réfléchir, c’est à ce moment précis que tout a véritablement merdé. »

A expliquer comme ça on pourrait croire que l’on a affaire à un bordel bien compliqué et pourtant à la lecture, c’est limpide comme de l’eau. Et cela amène à une certaine addiction, une curiosité auquel on ne s’attendpas forcément de prime abord.

De plus, ici, le lieu à toute son importance. En effet, cela se passe à Detroit. Détroit, ville fatiguée, malmenée, triste, victime de la crise des subprimes et observant ses habitants fuirent la ville un par un. Détroit, personnifiée dans l’histoire, une ville possédant sa propre âme et affectée par ce qui est entrain de se passer. J’ai trouvé que cela apporte un plus à l’histoire car ce ne sont pas seulement les familles ni la police qui sont affectées mais la ville elle-même.

« Détroit avait perdu ses repères.

Ses habitants l’abandonnaient.

Ses parents pleuraient.

Ses enfants se taisaient. »

En ce qui concerne l’intrigue, j’ai suivi chaque fil, chaque lien conduisant à la résolution des enquêtes. Des fils reliant le présent au passe de bien des manières. Tout s’explique, tout prend sens au fur et à mesure et on comprend d’autant mieux nos protagonistes, Stan et Sarah.

« Alors il porta la bouteille directement à sa bouche et avala les gorgées les unes après les autres.

Souhaitant en souffrir. Souhaitant en mourir. »

Alors je vous l’avoue, j’ai soupçonné certaines choses, parfois exactes, parfois erronées. Mais je me suis aussi laissée surprendre. C’est une intrigue qui va vite et pourtant elle remplit à merveille les critères que je recherche dans une lecture. A savoir une ambiance propre à l’auteur qui me parle et qui me prend aux tripes, des personnages charismatiques que je les aime ou pas, et une intrigue bien ficelée, légèrement addictive donnant envie de tourner la prochaine page.

En bref,

Les chiens de Détroit est un très bon premier thriller. L’auteur nous plonge au coeur de la ville, vivante et entourant ses habitants. Une intrigue finement mené nous amenant à nous questionner sur qui est le meurtrier, que cache les blessures de nos protagonistes (car oui ce sont des écorchés vifs), et comment tout cela va se terminer. Entre suspens et révélations, j’ai passé un très agréable moment.

Publicités

9 réflexions sur “Les chiens de Detroit – Jérôme Loubry

  1. Ping : Mon Bilan d’Année 2018 – Un Livre Toujours

  2. Ping : Bilan Décembre 2018 – Un Livre Toujours

  3. Ping : Les chiens de Détroit – Jérôme Loubry – Le Parfum des Mots – Blog littéraire

  4. Ping : Les chiens de Dédroit – Jérôme LOUBRY – La petite bibliothèque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s