Les démoniaques – Mattias Köping

Une claque, un uppercut, un coup de poing. C’est l’effet de Les Démoniaques de Mattias Köping. Une lecture addictive dès les premières pages et ce jusqu’à la dernière. J’ai senti mon ventre se tordre d’appréhension à chaque page de tournée. C’est ce que j’appelle un coup de cœur en bonne et due forme.


20190102_2046183285041911983479537.jpg

 

 

Editions Ring / La mécanique Générale

Genre : thriller

 

 

 


Résumé :

C’est l’histoire d’une vengeance.
L’histoire d’une fille qui affronte une bête.
Son proxénète, son violeur.
Son père.

Drogues, meurtres, esclaves sexuelles, pédophilie. Au cœur d’un village qui borde l’autoroute, entre marécages lugubres et forêts profondes, un monstre se déploie.

Depuis la Souille, son repère situé au cœur de la forêt, l’Ours dirige son clan d’une poigne de fer et repousse chaque jour les frontières de son empire criminel.

Sa fille Kimy n’a qu’une obsession : attendre froidement l’heure de la vengeance. Car si personne ne se souvient de son visage, nul n’oubliera sa colère.


Etrange d’ailleurs d’avoir un coup de cœur sur ce genre de lectures. Là où résident proxénétisme, drogues et viols. C’est dur, violent et sombre. Dès les premières pages. Et en même temps il y a cet espoir, celui de Kimy, celui de s’en sortir, de réaliser sa vengeance contre ses bourreaux et en particulier son propre père.

« Elle avait vu trop de filles attachées à l’héroïne comme un pendu à sa corde. »

C’est une des raisons qui ont fait que je n’ai pas pu lâcher ma lecture. L’espoir que Kimy s’en sorte, que juste soit enfin rendu et non plus corrompu. D’autant plus que l’auteur ne nous épargne pas en relatant des faits, en décrivant certaines scènes d’orgies mais également sur ce qu’il se passe dans le monde.

Et pourtant il y reste cette « pudeur » dans le sens où je m’attendais à plus de « trash », plus de vulgarités, plus de scènes équivoques pouvant mettre mal à l’aise la lectrice que je suis. Or ce n’est pas le cas, donnant un impact d’autant plus fort à cette histoire, bouleversant toutes mes émotions.

« Il fit demi-tour et regagna sa voiture en ricanant. Un séjour inoubliable! Ce Waldberg était vraiment incroyable. »

Des émotions exacerbées par une lecture continue sans réel pause pour respirer, pour prendre de la distance face à que j’ai lu. Réussir à me happer à ce point sur une histoire aussi dure, aussi sordide, ça ne peut que se terminer en coup de cœur.

Coup de cœur également pour Kimy et Henri, deux personnages écorchés par la vie, qui vont se rencontrer de façon peu banale. Je me suis attachée à eux, provoquant de véritables tsunamis dans mon p’tit cœur tout mou. Ce sont des personnages qui garde une lumière, un espoir dans leur monde obscur, malgré ce que la vie leur a fait endurer.

Qu’on se l’avoue, la plume de l’auteur y est pour beaucoup également. C’est fluide, avec quelques passages qui m’ont décrochés quelques rires malgré moi, entre deux scènes bien plus sombres. Il a ce don d’alléger l’atmosphère par de simples mots quand toi lecteur, tu as besoin de reprendre ton souffle. Et à côté de ça il te décrit des scènes avec des mots qui impactent, qui retournent et que je ne suis pas prête d’oublier. C’est une histoire qui marque car on va plus loin qu’un « simple » meurtre et une enquête. On est dans quelque chose qui est malheureusement bien ancrée dans notre réalité.

« Dehors ne l’attendait rien d’autre que la nuit noire. »

Ainsi, j’ai dévoré, savouré chaque page jusqu’à la dernière. On assiste au dénouement pantelant, avide de ce qu’il va arriver et en découler, que l’issue soit heureuse ou pas.

En bref,

Les démoniaques m’a marqué et me marquera quelques temps. C’est une lecture addictive, percutante, horrible et émouvante. L’auteur n’épargne rien sans pour autant aller dans l’excès. J’ai dévoré ses pages et j’aurais voulu que cela ne s’arrête jamais tant les mots de l’auteur nous bouleverse et nous transporte. A ne pas mettre entre toutes les mains mais je ne peux que le conseiller.

J’ai lu ce livre en commun avec @H_nany_31 sur Instagram. C’était intéressant de partager nos points de vue, notre ressenti et je pense que ça a également beaucoup contribué à relativiser sur cette lecture dure, je le dis encore une fois mais vaut mieux se répéter. Une expérience à réitérer donc!

Publicités

5 réflexions sur “Les démoniaques – Mattias Köping

  1. Ping : Book Haul Décembre 2018 – Un Livre Toujours

  2. Ping : Bilan Janvier 2019 – Un Livre Toujours

  3. Ping : Bilan Mars 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s