Dix petites poupées – B.A Paris

J’étais heureuse de retrouver la plume de B.A Paris. J’ai adoré ses deux premiers thrillers avec une nette préférence pour Derrière les portes. Alors même si j’ai dévoré de nouveau l’histoire, je ressors mitigé de ce livre, un peu frustrée.


20190104_0727106967166917472094739.jpg

Editions Hugo Thriller

Genre : thriller psychologique


Résumé :

La disparition
Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, alors qu’’elle rentrait de vacances en France avec son petit ami, Finn. On ne l’’a jamais revue depuis.

Les soupçons
Lorsque les policiers l’’ont interrogé, Finn leur a raconté la vérité sur cette nuit-là. Mais pas toute la vérité. Pas un mot, par exemple, sur la dispute violente qui les a opposés juste avant la disparition de Layla.

La peur
Finn a refait sa vie. Avec la sœur de Layla. Jusqu’’au jour où le passé ressurgit. Quelqu’’un croit apercevoir Layla. Et pourquoi les petites poupées russes de son enfance font-elles soudain leur apparition ?


Pour moi, B.A Paris sait y faire en thrillers psychologiques. Elle instaure une ambiance dès les premières pages. Là où le doute s’immisce jusqu’à vous faire accuser tout le monde. Elle alterne également les points de vue des personnages mais également au niveau de la temporalité, nous menant entre passé et présent. Cela donne l’impression qu’un étau se resserre et qu’il n’y a plus d’autre issue que la vérité.

Dans Dix petites poupées j’ai retrouvé ces sensations. On alterne au début entre passé et présent afin que l’on sache, que l’on comprenne ce qui est arrivé à Layla, petite amie de Finn, notre protagoniste principal. C’est mille questions qui m’ont assailli d’entrée de jeu, toujours avec ces histoires d’apparences. Sommes-nous réellement ce que nous prétendons être ?

Puis la paranoïa vient avec l’arrivée des poupées et le me message qu’elles délivrent. Encore une fois l’auteure joue merveilleusement bien avec les émotions, la psychologie des personnages. Des côtés de leurs personnalités se révèlent, faisant tomber les masques un par un. Des personnages d’autant plus troublés que Finn a refait sa vie depuis la disparition de Layla et qu’il va même se marier. Mais pas avec n’importe qui… Alors entre amour, culpabilité et mensonges il y a de quoi faire.

J’ai parcouru les pages à une sacré allure tant la tension présente dans l’histoire devient oppressante, que je me suis demandée à plusieurs reprises comment cela allait se terminer pour nos personnages. Je l’avoue, j’ai eu peur pour eux, une certaine forme d’empathie se crée surtout en voyant Finn se triturer, se torturer pour démêler le vrai du faux mais également se dépêtrer des mensonges qui s’accumulent.

Alors où Est-ce que le bât blesse ?

Je préviens de suite, ce n’est que mon avis personnel mais je tiens à partager mon ressenti même s’il va à contre-courant de tout ce que j’ai pu lire.

Là où j’en ressors frustrée c’est que j’ai la sensation de retrouver la même chose que pour les deux premiers livres. Et quand je dis la même chose je parle de la structure, à savoir : 3 personnages centraux, des personnages secondaires pour donner le change et permettre d’avancer, un étau qui se resserre et le switch final…

Et pour le coup, dans Dix petites poupées je l’ai vu venir ce switch, parce qu’encore une fois j’ai l’impression qu’on reprend un peu les mêmes ingrédients et on recommence. Avec des indices disséminées ici et là ça ne pouvait être qu’une évidence.

Et c’est dommage. Pas parce que je me suis doutée de la fin. Ca arrive et ça ne gâche pas la lecture pour autant (je pense notamment à Puzzle où au bout de 20 pages j’ai deviné le dénouement…). Mais de refermer le livre en me disant que c’est un peu du déjà-vu avec Derrière les portes et Défaillances.

Alors oui il y a du rythme, du suspens. L’intrigue est bien mené, augmentant la tension jusqu’à atteindre le point culminant du dénouement. Mais à côté de cela je ne ressens pas d’évolution dans la construction de l’intrigue même si les histoires ne sont pas les mêmes, que le thème change je suis bien d’accord sur ça. C’est un peu dur je vous l’accorde mais encore une fois c’est mon ressenti. J’aurais voulu être plus surprise, constatée un changement marquant.

A côté de ça, cela ne m’empêchera pas de lire son prochain thriller car elle excelle dans son domaine même si j’espère un peu de changement. Qu’elle sorte de sa « zone de confort » pour nous proposer autre chose. D’autant plus qu’avec la qualité d’écriture qu’elle possède et les émotions qu’elle est capable de déclencher en chaque lecteur, on foncerait tête baissée sans problème.

En bref,

Encore une fois, BA Paris offre un thriller psychologique glaçant avec une tension permanente qui n’aura de cesse de croître. Cependant une lecture un peu trop calqué sur les deux précédents thrillers me laissant un goût amer d’inachevé. Une lecture plaisante du début à la fin mais me laissant un avis en demi-teinte.

 

Publicités

4 réflexions sur “Dix petites poupées – B.A Paris

  1. Ping : BookHaul Janvier 2019 – Un Livre Toujours

  2. Ping : Bilan Janvier 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s