Maggie Exton – Zoe Shepard

C’est un livre que j’appréhendais autant qu’il m’intriguait. Après tout, ce n’est pas tout le monde qui peut aborder une intrigue en mêlant politique, CIA et complot sans perdre l’attention du lecteur. Surtout que je gardais toujours en tête le très bon, le merveilleux Les marcheurs de Frédéric Mars. Alors quel verdict pour Maggie Exton ? Absolument, incroyablement, agréablement surprise! Zoe Shepard a su me captiver sans m’abrutir de détails concernant l’organisation de la politique américaine et ses enjeux. Ou plutôt elle l’aborde avec un côté un peu décalé, un sujet qui passe au second plan puisque notre principale préoccupation est de savoir si Maggie Exton pourra être sauvée.


20190422_1754336861745725815974200.jpgEditions Stock – collection Arpège –


Résumé :

« Quand la science et la technologie avancent à pas de géant, l’éthique et la politique rampent derrière. » Depuis des mois, Baltimore ne respire plus. Un serial killer surnommé « le Cinéphile » assassine des femmes qu’il embaume, avant de les grimer en Grace Kelly. Mais tout s’emballe quand disparaît Maggie Exton, l’épouse du chef de cabinet adjoint de la Maison-Blanche. Ils seront trois à mener l’enquête : Thomas Lynch, un flic qui compense sa mauvaise humeur par une consommation excessive de donuts ; Jack Miller, un ex du FBI trompé par sa femme et reconverti en détective privé ; Peter, un geek misanthrope à l’intelligence supérieure. Jamais ils n’auraient imaginé jusqu’où l’affaire les mènerait. Car à l’heure du Patriot Act, l’Amérique se noie. Surveillance de masse, guerre contre le terrorisme, cybertechnologies… La fin justifie les moyens et la CIA ne recule devant rien. Surtout pas devant l’innommable.


Avec ce livre, pas le temps de s’ennuyer. En effet, les dialogues entre les différents protagonistes, assez épique à certains moments, et la progression de l’enquête en font une intrigue rythmée.

Tout d’abord parce que l’on suit l’histoire jour après jour, à des heures données ce qui permet de suivre la progression au jour le jour sans réel temps mort. De plus, le livre commence par une scène où Le Cinéphile, le fameux serial killer, est en plein préparatif pour sa prochaine victime. De là, le rythme est donné car juste après ce prologue s’ensuit la disparition de Maggie Exton, la femme du chef de cabinet adjoint de la Maison Blanche.

Débute donc une course contre la montre où la priorité est de la retrouver et d’arrêter Le Cinéphile.

Alors je vous préviens de suite, ne vous attendez pas à des poursuites toutes les dix pages ainsi que des retournements de situations de dingue. Oui il y a des rebondissements mais ce n’est pas ce qui représente le livre pour moi. Je situe ce livre dans le genre polar politique, malgré la présence d’un serial killer, le genre où il faut vraiment bien poser les bases pour en comprendre tous les aboutissants.

Ce qui semblait être une simple histoire de kidnapping est en fait bien plus complexe que cela…

L’histoire va prendre des proportions renversantes. Alors même si je vous dis qu’il n’y a pas d’actions à tout bout de champ, il n’en reste pas moins que ce livre se lit d’une traite pour plusieurs bonnes raisons dont les personnages.

Clairement, ce sont eux qui dynamisent le livre avec leurs discussions, leurs pensées, leur façon d’être. J’ai eu un réel coup de cœur pour chacun d’entre eux même si ma préférence va pour Peter.

Chacun à leur façon est touchant mais surtout incroyablement humains. Et même lorsqu’un simple flic collabore avec un grand du FBI, la fonction a toute son importance, il n’empêche qu’il ne se laisse pas faire et qu’il souhaite résoudre cette affaire à tout prix. Même s’il doit côtoyer des personnes aussi étrange que Peter, le geek par excellence.

Alors, oui j’ai trouvé qu’il y avait un petit côté caricatural du flic américain et son célèbre donut, en passant par le détective privé solitaire vivant avec un geek asocial mais qui est un pur génie. Mais vous savez quoi ? Ce n’est pas dérangeant du tout parce que cela apporte une touche de légèreté sur une intrigue qui pourrait être étouffante pour certains.

Et surtout à travers leurs dialogues, ils apportent une meilleure compréhension sur le système américains et les différentes juridictions. Le fait que la majorité du temps cela soit abordé, intégré dans la discussion permet d’éviter la sensation de s’appesantir dessus et surtout rendre le tout digeste et compréhensible. Etant la première à trouver les détails scientifiques ou autre un peu trop barbants, j’avoue que là, ça passe tout seul.

Et au-delà des personnages qui donnent le rythme, on retrouve également les ingrédients habituels. A savoir des chapitres courts, des points de vue différents, même si le principal reste celui de Jack, détective privé.

Mais surtout l’autrice ne s’attarde par sur les décors, l’environnement où évolue nos personnages.

En deux, trois phrases elle nous fournit l’essentiel et c’est bien assez. Pour le coup s’il y a bien un livre où ça n’apporte pas grand chose de savoir de quelle taille sont tous les bâtiments et de quelle couleur précise est le ciel, c’est bien pour un livre comme ça. Et en aucun cas ça ne gêne la lecture. J’ai trouvé au contraire que ça rendait le tout plus léger, et donc plus digeste.

En tout cas jusqu’à la fin j’ai eu du mal à lâcher le livre.

Notamment parce que j’y ai retrouvé des thèmes déjà abordés dans des précédentes lectures mais qui me passionnent tout autant aujourd’hui. Mais aussi parce que l’autrice a su captiver mon attention en parsemant ici et là quelques révélations bien senties et donnant un regain d’intérêt à ma lecture. D’une intrigue au prime abord simple, celui du Cinéphile, elle en devient plus complexe car d’autres enjeux sont au cœur de l’histoire. Mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même.

En bref,

Je ne savais pas à quoi m’attendre, et entre nous je crois que je ne m’attendais pas à quelque chose comme ça, mais je suis sortie un peu des sentiers battus. J’ai étais agréablement surprise. Zoe Shepard a su aborder cela de sorte que ce ne soit pas lourd à lire pour le lecteur. Les personnages y sont pour beaucoup ainsi que l’absence d’un trop plein de détails. On a le minimum et c’est amplement suffisant. Un polar qui fonctionne par l’intérêt qu’il a suscité en moi et par sa construction narrative.

Encore une fois, je ne m’attendais pas à grand chose, d’autant plus qu’il n’a pas fait grand bruit à sa sortie. Et mon avis final est que c’est une très bonne lecture qui mérite d’être lu par un peu plus de lecteurs. Je ne peux que vous le conseiller.

Publicités

Une réflexion sur “Maggie Exton – Zoe Shepard

  1. Ping : Maggie Exton – Zoé Shepard – les cibles d'une lectrice "à visée"

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s