Les limbes – Olivier Bal

Plonger dans Les limbes d’Olivier Bal c’est côtoyer l’ordinaire et l’extraordinaire en même temps. C’est se laisser emporter dans un monde onirique qui en plus de renfermer beaucoup de secrets, à de quoi faire froid dans le dos. Les limbes c’est un thriller fantastique qui vous emmènera dans les recoins les plus sombres de vos rêves.

Je vous parle aujourd’hui de Les limbes d’Olivier Bal aux éditions Pocket et DeSaxus.


20190606_2140182114502179686572005.jpg

Editions De Saxus / Pocket 

432 pages (version poche

Prix : 7€90


Résumé :

Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu’il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s’est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu’il dort, il visite les songes des autres… Seuls les médicaments l’empêchent de rêver. Un an plus tard, un ancien frère d’armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret : les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l’Alaska pour une aventure aux frontières de la peur et de la folie, une aventure qui les entraînera au cœur des rêves pour percer le mystère des Limbes. « Nous sommes des pionniers, des aventuriers d’un genre nouveau. Le rêve, c’est la dernière frontière. L’homme a conquis la mer, la terre, l’espace… et maintenant, enfin, il conquiert son propre esprit. Il lui aura fallu des milliers d’années pour comprendre que les plus grands mystères ne se cachaient pas dans les profondeurs des océans, ou aux confins de l’univers mais bien au cœur de son être. »


Il faut pouvoir bousculer le lecteur dans ses retranchements et lui faire accepter de découvrir un autre versant de ce que peut être le thriller. Surtout que j’ai eu une précédente mauvaise expérience avec le thriller fantastique. Mais ici, il en résulté une intrigue qui prend à la gorge mais qui surtout marque les esprits. 

Et cela se fait de façon insidieuse, sans même que l’on se rende compte que l’on devient accro à l’histoire, à l’intrigue, aux personnages. 

Tout d’abord parce que pour bien comprendre l’intrigue et ce qui va se dérouler autour, il faut poser des bases solides. Et cela commence par présenter le personnage principal, James Hawkins et le contexte dans lequel il évolue. Cela se fait de manière simple et tranquille… enfin aussi tranquille que peut être la guerre du Vietnam, là où l’on rencontre James la première fois. 

Ainsi, on le rencontre lors d’un affrontement contre le camp adverse où par la suite il va commencer à « voyager » dans les songes des autres sans qu’il puisse contrôler quoi que ce soit. Et cette nouvelle capacité va l’entraîner au fin fond de l’Alaska afin de mener à bien un projet top secret : découvrir les limbes. Projet qui m’a fortement fait penser au projet MK ultra dans les années 70 qui est assez horrible et qui concerne la manipulation mentale. 

Et une fois cela mis en place bah on ne peut plus lâcher le livre, ou alors juste le temps d’une pause pipi et encore ! 

C’est dû en grande partie à l’atmosphère qui règne dans cette base, ce bunker caché de tous. C’est simple, j’étais intriguée sur ce qu’il s’y passait et j’appréhendais ce qui allait advenir. Surtout quand un des personnages déclare à James qu’il a amené le mal avec lui. Ambiance garantie ! 

Vous devez le savoir maintenant mais j’adore les thrillers qui dégagent une atmosphère propre à l’histoire, à l’auteur. Et j’aime quand l’histoire est développée en tenant compte de l’environnement dans lequel évolue nos protagonistes comme s’il était un personnage à part entière. 

Et dans Les limbes j’ai eu exactement ce ressenti. 

D’autant plus que l’on évolue dans deux univers bien distincts, le réel et les limbes. Chacun possède ses propres caractéristiques, son propre décor et pourtant ils sont plus proches qu’on peut le penser. 

C’est ce qui entraîne des sensations de stress, d’angoisse, d’appréhension mais aussi d’excitation. 

En effet, tout comme les scientifiques présent dans la bases, on se satisfait des progrès qui sont notés surtout que cela nous permet de découvrir un peu plus les limbes. Mais il faut bien se dire que chaque choix n’est pas sans conséquence, ce que l’on découvre au fur et à mesure de la lecture. Et l’émerveillement du début peut se transformer peu à peu en effroi. 

Et puis il faut avouer que l’auteur nous décrit l’environnement, les actions de chacun de sorte que l’on s’y croirait sans soucis. L’impression d’évoluer dans un film avec l’envie que cela ne s’arrête jamais tant c’est bien écrit, tant l’histoire prend aux tripes. 

Avec le côté fantastique du livre, j’ai envie de vous dire que le dénouement est anxiogène mais ô combien oufissime ! J’ai rarement autant pris mon pied avec une fin pareille et j’exagère à peine. 

C’est simple, mon cœur s’est tordu en je ne sais combien de fois tant j’ai vécu le truc à côté de James et ses coéquipiers. Le mélange fantastique/suspens se fait à merveille. Pas une seule fois je n’ai été perturbée par cette association, bien au contraire. Ils se fondent à la perfection et nous offre un rendu final explosif. 

En bref, 

Les limbes c’est un fil rouge extraordinaire qui se déroule dans la vie d’un homme ordinaire. L’auteur maîtrise son sujet et nous entraîne dans des endroits obscurs et mystérieux. Des milliers de questions qui assaillent au fur et à mesure de la lecture. Angoisse, excitation et appréhension vous accompagneront tout du long. 

Ressors-t-on vraiment indemnes des limbes ? Ou plutôt de cette lecture? Pour ma part il m’a fallu quelques jours pour m’en remettre et poser des mots sur mon ressenti. Et aujourd’hui encore, je sens que Les limbes continuent de me poursuivre…en vrai comme dans mes rêves. 

Plus qu’une chose à faire : me procurer la suite!


Quelques Citations : 

« Tu apportes des réponses, mais tu apportes aussi le mal. »

« L’école freudienne veut que le rêve soit une réalisation des désirs qui fermentent dans notre inconscient. »

« L’homme a conquis la mer, la terre, l’espace… et maintenant, enfin, il conquiert son propre esprit. Il lui aura fallu des milliers d’années pour comprendre que les plus grands mystères ne se cachaient pas dans les profondeurs des océans, ou aux confins de l’univers mais bien au cœur de son être. « 

 

Publicités

3 réflexions sur “Les limbes – Olivier Bal

  1. Ping : Bilan mai 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s