Le tueur au miroir – Fabio M. Mitchelli

Je l’ai vu passer de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Il m’intriguait, me tentait… j’ai cédé au plaisir de le découvrir. Et ma foi, je suis bien contente d’avoir sauté le pas. C’est rythmé, oppressant, dégoûtant, intriguant, prenant et surtout j’en aurai bien repris une p’tite dose en plus. Je vous parle aujourd’hui de Le tueur au miroir paru en poche aux éditions Points.


20190617_1509466836498553450826895.jpg

Editions Points / Robert Laffont (La bête noire)

Prix : 7€80 / 20€

372 pages / 355 pages


Résumé :

 » Je n’ai fait que leur donner un instant de gloire.  » Willy B. Richardson, alias William R. Bradford (1948-2008), le  » Killer Photographer « .
Fasciné par leurs tatouages, il les appâte avec son appareil photo, fige leurs désirs de starlettes sur du papier glacé, puis les tue et s’empare de ce qu’il convoite. Le lendemain, on retrouve le corps de ces jeunes femmes sur les berges du Saint-Laurent, le pubis orné d’éclats de miroir et un morceau de peau découpé.
Pour piéger celui qu’à Montréal on appelle déjà  » le tueur au miroir « , il faut des flics borderline : Louise Beaulieu, qui se fiche des limites et des règles, et Carrie Callan, qui, sous son air bien sage, est un vrai pitbull.
Des photographies à clé, un secret de famille, des messages cryptés… Le passé rattrape Louise. Désorientée, elle ment et triche. Et Carrie soupçonne l’impensable : des liens entre l’enquêtrice québécoise et Singleton, le redoutable tueur en série qu’elles ont traqué ensemble un an auparavant.

Ce thriller est librement inspiré des meurtres commis par William R. Bradford, condamné aux États-Unis en 1988.


Avant toute chose, je dirais qu’il est bien de lire le premier tome de la saga Beaulieu et Callan avant d’attaquer celui-ci. Sans être trop dérangeant, l’auteur fait pas mal de référence à ce qu’il s’est passé lors de leur dernière enquête. Ca m’a juste donné envie de découvrir Une forêt obscure au plus vite pour mieux connaître nos deux flics : Louise Beaulieu et Carrie Callan. J’ai réussi à passer outre même si j’avais la sensation qu’il me manquait quelques pièces de puzzles.

Passons aux choses sérieuses maintenant.

Voilà un livre qui se dévore, qui m’a régalé de bout en bout. Je crois bien que c’est une des rares fois où je lis, je lis et je suis surprise de voir que j’en suis déjà à ce point de l’histoire, que j’ai autant avancée sans m’en rendre compte.

Ceci est lié à plusieurs choses.

Tout d’abord les personnages principaux que sont Louise Beaulieu et Carrie Callan. Deux femmes au fort tempérament, qui n’ont pas pour habitude de se laisser marcher sur les pieds et qui vont sacrément morfler dans cette intrigue. Elles possèdent un humour légèrement grinçant et mention spéciale pour Louise que j’ai adoré lire juste pour les expressions québécoises qu’elle nous sort à toutes les sauces. Autant dire que ça détend l’atmosphère autour d’une intrigue glaçante.

C’est là que vient mon deuxième point positif. En s’inspirant d’un célèbre tueur en série, l’auteur nous livre un tueur au miroir exceptionnel et complètement dérangé autour d’une intrigue rondement ficelée. Je me suis prise au jeu, à cette course contre la montre avant le prochain meurtre. De la colère, de l’incompréhension et de la pitié ont accompagnés ma lecture par rapport à ce meurtrier sadique et complètement dérangé. Je suis sûre d’une chose : lui il n’est pas tout seul dans sa tête haha.

L’intrigue tourne principalement autour de la traque du tueur au miroir, rien d’étonnant vous me direz. Pourtant c’est à travers cette résolution que l’on apprend à mieux connaître nos deux flics et à nous de percevoir qu’elles ne sont pas épargnés une seule seconde.

Entre un désir de vengeance flamboyant et la quête à la vérité, nos deux protagonistes vont vivre des émotions telles des montagnes russes. Notamment à cause de mystérieux Singleton, ennemi juré de ces deux filles mais d’autant plus de Carrie Callan. Et c’est là que je pense qu’il faut avoir lu le tome précédent pour mieux comprendre les aboutissants de leurs relations et leur complexité. Je ne dévoilerais rien ici, mais on peut voir que l’auteur s’est attardé sur les relations entre les différents personnages et les exploite jusqu’au bout du bout pour plus de véracité à mon sens.

Et quand éclate la vérité, le dénouement ça secoue émotionnellement parlant.

Et pas que les personnages, le lecteur aussi en prend pour son grade. Un dénouement avec ici et là des p’tits rebondissements pour maintenir l’intérêt du lecteur qui est déjà au summum. C’est un livre qui ne se lâche pas comme ça, tant le besoin est présent de connaître la fin de toutes les intrigues que l’auteur nous déroulent au fur et à mesure.

Je vous rassure, il n’y en a pas 10 non plus et quand bien même, il le mêle si bien à son histoire, à son enquête qu’à aucun moment tu te dis « mais qu’Est-ce que ça fout là ça ? ».

En bref,

Voilà un auteur que je suis contente d’avoir découvert. Je me suis prise au jeu de l’enquête, au jeu de piste à vouloir savoir la fin avant même d’être à la moitié du livre. L’ambiance, un rythme soutenu qui laisse que peu de repos au lecteur font que l’on s’immerge facilement à l’histoire. On passe un peu par toutes les émotions mais bon sang que c’est bon. On en redemanderait presque encore un peu tant le style de l’auteur est agréable, fluide et ne souffre d’aucune perte de rythme. Lisez Une forêt obscure avant mais après plongez-vous vite dans Le tueur au miroir.


Quelques citations :

« Cette nuit sur Anchorage qui semblait ne plus finir, cette nuit qui enveloppait les pires secrets… »

« Louise eut la sensation de se prendre en pleine face un énorme truck lancé à pleine vitesse. »

« L’enfance est une plaie, c’est le miroir de notre passé derrière lequel il faudrait rester caché, c’est une putain de blessure qui s’infecte à mesure que l’on devient adulte. »

5 réflexions sur “Le tueur au miroir – Fabio M. Mitchelli

    1. Il faut le savoir surtout avant je pense. En même temps ça pourrait sembler logique quand on suit un même enquêteur. Je prends l’exemple des Adamsberg de Fred Vargas où il est bien aussi d’avoir lu tout depuis le début. Après ça ne gêne pas vraiment l’intrigue en elle-même non plus=)

      J'aime

  1. Ping : Bilan Juin 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s