UK Serial Killers – Emily Tibbatts

J’aime les thrillers et les tueurs en série.

Ou plutôt j’aime découvrir leurs histoires, ce qui les a amenés à tuer et tout cette fascination qui peut se créer autour de ces personnes.

Une certaine fascination morbide pour des personnes ayant commis des actes pour la plupart atroces et barbare. Entre les séries, les documentaires et les livres il y a de quoi s’informer sur eux. 

Alors aujourd’hui je vous parle de UK serial Killers de Emily Tibbats paru aux éditions Ring.


20190704_1014371293742055754262136.jpgEditions Ring

Prix : 18€

382 pages


Résumé :

Si les tueurs français et américains ont largement nourri la littérature criminelle et le cinéma, les serial killers d’outre-Manche restaient, jusqu’à ce livre noir, inconnus du grand public.

Dans l’ombre de Jack l’Éventreur, ce sont des hommes et des femmes noyés dans la masse, cannibales, nécrophiles, éventreurs, empoisonneurs, pédophiles et prédateurs qui ont tué et massacré en nombre durant des décennies.

La conférencière Emily Tibbatts, fondatrice du site francophone de référence tueursenserie.org et auteur de dizaines de biographies en ligne de serial killers, fait son entrée en librairie avec les longs portraits immersifs et passionnants des dix plus terrifiants tueurs en série de Grande-Bretagne. UK Serial Killers vous plonge dans leur histoire intime et leur traque, le détail de leurs crimes qui vous fera frémir d’horreur, leurs motivations macabres, les progrès des techniques médico-légales, d’enquêtes…

Et l’ampleur de ces chasses à l’homme.


Ici Emily Tibbatts nous présente dix portraits de serial killers.

Dix portraits assez différents des uns des autres ayant pour point commis d’être des tueurs en série. 

Dix portraits qui nous sont présentés de façon objective, en se reposant uniquement sur des faits.

Ainsi, l’auteure nous dévoile la vie de ces criminels en s’établissant sur des faits avérés, des recherches documentaires et aborde également le côté enquête policière. En effet, elle nous explique comment ces tueurs ont pu être appréhendés grâce aux nouvelles technologies et à l’avancée scientifique. 

Des tueurs qui se font incriminés des années après leur premier meurtre, premier viol et qui des années durant se promèneront en toute liberté.

Je dois dire qu’il y a un p’tit côté rageant de lire ce livre car je ne peux imaginer que de telles personnes parviennent à rester libre tant d’années, à continuer à mener une vie ordinaire alors qu’ils mériteraient de finir leurs jours en prison. 

De plus, Emily Tibbatts aborde ces portraits de sorte qu’à aucun moment je n’ai eu la sensation d’être dans le voyeurisme, dans le sensationnalisme. Assez troublant, pour ma part, de me dire que ce sont des personnes qui m’intéressent d’un point de vue psychologique mais que je ne veux pas rentrer dans le pan de la fascination à consacrer un autel à une de ces personnes ou juste à lui envoyer des lettres. C’est quelque chose qui m’a toujours intéressée sans que je ne me l’explique (ai-je un côté psychopathe en moi ?)

Ici, l’auteure débute leur histoire à partir de leur enfance et déroule le fil de leur vie jusqu’à ce qu’un beau jour tout dérape.

Là où l’on pourrait s’attendre à des enfances malheureuses, difficiles, on se rend vite compte que parfois cela n’a rien à voir et que c’est toute autre chose qui déclenche ces soudaines pulsions, ces envies de tuer et de s’en prendre à un être humain. 

Alors j’ai lu ça comme si je regardais un documentaire. Ca se laisse lire, c’est intéressant et c’est grandement dû à la plume d’Emily Tibbatts mais également aux portraits qu’elle a décidé de mettre en lumière.

Il y a des portraits plus horribles que d’autres, mais genre vraiment, où mon monde des bisounours a quelque peu volé en éclats durant quelques heures.

Et si j’ai apprécié de tous les lire car, il faut se l’avouer aussi, ça satisfait une certaine curiosité par rapport à ces personnes, il n’y a qu’un portrait qui m’a laissé complètement indifférente car je ne comprends pas ce type d’individus. Ce qu’il a fait je ne peux le concevoir et il est vrai que je l’ai plus ou moins survolés. 

Là, où j’étais révoltée pour certaines histoires (genre la maison de l’horreur où tu as intérêt à t’accrocher pour voir à quel point les gens sont tarés), où j’étais mal à l’aise, où dans tous les cas il y a une émotion qui te titille parce que c’est juste humain, le portrait dont je parle (et je ne me souviens plus du nom et je l’ai prêté à une amie donc je ne peux pas vous mettre le titre actuellement) m’a gênée. Ou plutôt m’a vraiment laisser dans l’incompréhension totale parce qu’encore une fois c’est une catégorie de crimes que je ne peux concevoir. 

Ca ne veut pas dire que je conçois les autres, ni qu’ils soient plus légitimes mais je ne sais pas comment vous l’expliquer autrement (et parfois pas besoin d’explications).

En bref, 

C’est un livre qui se lit assez vite parce qu’il est intéressant. Là où je l’avais pris pour lire un portrait la nuit, il a finit par devenir mon livre de tous les jours. Emily Tibbatts nous relate objectivement dix portraits de tueurs en séries à tendance sociopathe sur les bords. J’ai réellement eu l’impression de lire un documentaire et d’en apprendre plus sur l’aspect psychologique des meurtriers ainsi que l’aspect judiciaire en assistant parfois à des retranscriptions de jugement. Pour ceux qui sont intéressés par cet aspect-là (beaucoup de lecteurs de thrillers je pense), vous passerez un « bon » moment à découvrir ces différents portraits.

Un petit conseil en passant : accrochez-vous car ça décoiffe quand même (et pas qu’un peu).  

 

 

Publicités

3 réflexions sur “UK Serial Killers – Emily Tibbatts

  1. Ping : Bilan Juillet 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s