Le jour des morts – Nicolas Lebel

Parce que je ne fais jamais comme les autres, je découvre les aventures du capitaine Mehrlicht complètement dans le désordre.

Et entre nous qu’importe !

Puisque chaque intrigue apporté sa pierre à l’édifice mais surtout parce que je me régale à lire chacune de ces histoires.

J’ai découvert Nicolas Lebel il y a un an avec De cauchemar et de feu.

Et il faut le dire dès maintenant, son personnage principal, le capitaine Mehrlicht donne envie de continuer à découvrir ses enquêtes. Un personnage haut en couleur qui est bien entourer par ses coéquipiers et qui possède un parler décapant !

Alors certes, ce n’est que mon deuxième de l’auteur… Mais je suis déjà sous le charme. Humour, coup de gueule et sueurs froides sont au rendez-vous tout comme la peur, la colère et l’incompréhension. Un mélange d’émotions qui nous offre un bon moment de lecture.

Aujourd’hui je vous parle de Le jour des morts de Nicolas Lebel paru aux éditions Marabout.


20190724_1610291484098173255790713.jpg

Editions Marabout

Prix : 7€50
413 pages


Résumé :

Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l’hôpital Saint-Antoine : un patient vient d’y être empoisonné. Le lendemain, c’est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie… Tandis que les cadavres bleutés s’empilent, la France prend peur : celle qu’on surnomme bientôt l’Empoisonneuse est à l’oeuvre et semble au hasard décimer des familles aux quatre coins de France depuis plus de quarante ans. Les médias s’enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d’une trentaine d’années que de nombreux témoins ont croisée ? Comment peut-elle tuer depuis quarante ans et en paraître trente ? Surtout, qui parmi nous sera sa prochaine victime ? Dans la tornade médiatique et la vindicte populaire, chacun reconnaît la tueuse : elle est une voisine, une soeur, une ex, et la chasse aux sorcières s’organise. Mais derrière l’Empoisonneuse, c’est la Mort elle-même qui est à l’oeuvre, patiente et inexorable : nul ne lui échappera.


Ça commence en douceur, ça pose les bases ici et là.

Et d’un coup ça vous emporte !

Voilà l’impression que m’a donné cette histoire.

Dès le début on sent que cela va être compliqué parce que la mort frappe au hasard ce qui a de quoi faire perdre son latin à nos chers enquêteurs. Puis ces derniers sont également pris dans leurs tourments personnels.

Cela n’empêche qu’ils restent exceptionnellement compétents malgré leurs failles, tirant des forces en chacun d’eux… Même quand un stagiaire horripilant débarque ! Lui il a de quoi vous faire grincer les dents… Et cela plus d’une fois!

Dans Le jour des morts, l’auteur s’attarde sur deux axes principaux tout en nous déroulant l’intrigue, page après page. Si au début on pourrait paraître sceptique par rapport à la construction de l’intrigue et à l’endroit où il souhaite nous mener, très vite on comprend les aboutissants. Mais surtout que chaque chose est présente pour une bonne raison : personnage, actions, décor, rien est laissé au hasard.

Pas de blabla inutile ici.

Ou plutôt tout a un sens et permet également de divertir le lecteur dans des moments où l’ambiance peut s’appesentir. Que ce soit parce que l’enquête, déjà complexe, l’est encore plus qu’elle n’y paraît ou parce que le stagiaire est une tête à claque ambulante.

C’est d’ailleurs ce que j’apprécie chez Mehrlicht, Latour et Dossantos et les autres.

C’est qu’ils parviennent à détendre l’atmosphère à travers leurs échanges alors même que la situation ne s’y prête pas forcément. Mais surtout cela permet d’en apprendre davantage sur eux, que ce soit ce qu’ils sont au boulot que dans leur vie perso.

Chacun amène un petit quelque chose, fait avancer l’histoire principale mais également la leur, donnant peu de temps pour s’ennuyer.

Au final, l’ensemble est assez dynamique, ce qui est grandement dû au charisme des personnages, à ce qu’ils dégagent mais également au déroulé de l’intrigue et à l’environnement dans lequel ils évoluent.

Un environnement maussade, pluvieux, sombre qui d’une certaine manière, affecte nos protagonistes et ça se répercute sur le lecteur. Ou en tout cas mon empathie et mon envie d’en découvrir plus s’est quelque peu décuplé.

Pour être honnête un certain sentiment de malaise m’a suivi durant ma lecture parce que j’avais la sensation de poursuivre un courant d’air. L’auteur parvient tellement à susciter tous nos sens qu’il nous immerge sans trop de difficultés à son enquête et à ce qu’il souhaite partager avec nous.

En bref,

L’intrigue se construit sur des faits tangibles qui entraînent un dénouement plein d’émotions. J’ai complètement adhéré à cette fin bluffante, perturbante aussi, et j’ai avalé ces dernières pages.

D’une parce que c’est émotionnellement parlant et de deux parce que ça paraît comme une évidence. L’auteur nous démontre que tout ce qu’il a écrit depuis sa première phrase a une raison d’être et que rien est laissé au hasard.

Je vous conseille vivement de découvrir cet auteur si ce n’est déjà fait et de peut-être commencer par le début haha.

P.S : compliqué pour moi de rédiger cet avis sans vous en dire de trop. J’espère que j’aurais quand même réussi à vous donner l’envie de le découvrir =)!

Publicités

7 réflexions sur “Le jour des morts – Nicolas Lebel

  1. Ping : Bilan Juillet 2019 – Un Livre Toujours

  2. Ping : Question du jeudi 29 août – Vos meilleures lectures de l’été – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s