Le sang du bourreau – Danielle Thiéry

Parfois il faut savoir aller au-delà de ses aprioris et sauter le pas. Parce qu’au final on peut ressortir agréablement satisfait d’une lecture où on attendait pas grand chose.

Ici, c’est exactement ce qui c’est passé. Une agréable découverte, une intrigue assez bien mené malgré quelques petites longueurs. Le tout agrémenté d’un dénouement clôturant l’histoire de manière à vouloir en connaître plus sur le commissaire Edwige Marion. 

Je vous parle aujourd’hui de Le sang du bourreau de Danielle Thiéry aux éditions J’ai lu.


20190729_1723504734043715581476083.jpg

Editions J’ai lu

Prix : 7€60

382 pages


Résumé :

Entièrement dévêtue, une femme est allongée sur un lit. Elle a accepté pour un jeu érotique que le bel homme qui vient de la séduire lui attache les poignets au cadre du lit. Alors qu’il s’attarde dans la salle de bains avant de la rejoindre, elle s’impatiente. Quand la porte s’ouvre, surgit une femme, outrageusement maquillée, à la longue perruque blonde, en porte-jarretelles et mini-jupe de cuir, juchée sur de hauts talons. Croyant à une farce, la jeune femme éclate de rire avant de remarquer son regard fou, et surtout le cutter dans sa main… C’est une véritable boucherie que découvre le commissaire Marion, chargée de l’enquête. Ce n’est que le début d’une série de meurtres de femmes, tous sur le même mode opératoire. Qui a pu commettre de tels crimes ? Un psychopathe ? Un sadique, un monstre qui se fait passer pour un homme ordinaire ? Comme ce journaliste, amant du commissaire Marion…


En tout cas si je peux vous dire une chose d’emblée, c’est que l’auteure ne fait pas dans la dentelle. Moi qui pensait lire une intrigue un peu choupi et ben que nenni! 

Dès le début, on se met dans l’ambiance en se confrontant à une scène de meurtre glauque et quelque peu malaisante. Pas de temps à perdre ici, l’enquête débute sur les chapeaux de roues et nous entraîne sur des chemins plus ou moins tortueux. 

Peu de répit est laissé aux enquêteurs surtout qu’ils se retrouvent impliqués émotionnellement face à ces barbaries que sont les scènes de crimes. 

Doute, peur se côtoient avec la volonté de résoudre cette enquête Et le moins que l’on puisse dire c’est que le commissaire Marion n’en manque pas. D’une parce qu’elle a tout à prouver en tant que femme et deux parce que résoudre des enquêtes constitue son carburant principal pour avant dans sa vie professionnelle autant que personnelle. 

Attention pas de mélodrame ou autre hein ! 

Ca reste juste bien dosé sans s’accompagner de lourdeur. Par contre, bien obligée de constater que le livre possède quelques longueurs ici et là. Et cela a un côté frustrant parce que l’intrigue se pose principalement sur le doute et la quête de vérité. Alors quand on lit certains passages, qui pour moi n’apporte que peu de chose à l’histoire… oui il y a de quoi bougonner un peu surtout que je suis parfois de nature impatiente haha. 

Mais ce n’est qu’un petit bémol par rapport à la construction entière de l’intrigue. 

En effet, l’auteure joue avec nos nerfs, nous fait tourner en bourrique et nous tient quelque peu en haleine.

[A rappeler que c’est un livre qui date de 1997. Depuis le genre à évoluer avec son temps mais il n’empêche que Danielle Thiéry les maîtrisait déjà très bien à l’époque et qu’elle arrivait à insuffler un suspens en s’appuyant sur les mots pour créer une atmosphère qui colle à la peau de ses personnages.]

Il n’y a jamais de réel temps mort (si on exclu les p’tites longueurs dont je vous parlais un peu plus haut.), et le thème principale de l’intrigue est pour le coup bien exploité et expliqué. Plus que de se lancer dans de l’action pure et dure, ici c’est la psychologie des personnages qui prime et les relations qu’ils entretiennent entre eux.

Chaque décision a un impact et c’est ce que nous montre Danielle Thiéry à travers ses scènes, ses personnages et ses actions. 

En bref, 

Jusqu’au dénouement on s’accroche, on subit, et on savoure. Même si les dernières pages m’ont quelque peu laissé indifférente ou du moins ne m’ont pas plus accrochée que ça, j’ai dans l’ensemble passé un très bon moment. Ce n’est pas une lecture qui tabasse mais tout l’impact psychologique présent dans l’intrigue fait que j’y ai tout de même totalement adhéré.

Et au final… ce n’est pas si choupi que ça haha.

Publicités

3 réflexions sur “Le sang du bourreau – Danielle Thiéry

  1. Ping : Bilan Juillet 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s