Les enfants de Venise – Luca Di Fulvio

Il y a des histoires où l’on aimerait que jamais ça ne se termine.

Il y a des histoires qui nous marque et vous suive blotti dans le coin de votre tête et de votre cœur (mon côté sentimental qui ressort ça...)

Il y a des histoires qu’on voudrait garder pour soi et ne pas avoir partagé ce que l’on a ressenti juste quelques jours.

Il y a des histoires qui vous font battre le palpitant et un jour vous devenez prêt, enfin, à raconter tout ce qui vous a plu.

Et aujourd’hui je vous parle de Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio aux éditions Pocket.


20190715_1450241073933744717792442.jpg

Editions Pocket

Prix : 9€40

992 pages


Résumé :

« Quand Mercurio s’était jeté dans le canal, Giuditta avait eu la tentation de le retenir. Ou de s’y jeter avec lui. Elle ne voulait pas renoncer à la sensation de sa main dans la sienne. Elle ne voulait pas renoncer à lui. Déjà, les nuits précédentes, dans le chariot, elle avait senti une forte attraction pour les yeux de cet étrange garçon. Qui était-il ? Il n’était pas prêtre, il le lui avait avoué. Quels mots avait-il dits en sautant du bateau ? Elle se souvenait à peine. Sa tête se faisait légère. “Je te retrouverai”, voilà ce qu’il avait dit. »


Ca peut paraître bête mais j’ai eu beaucoup de difficultés à me lancer dans cette chronique. Alors que c’est le troisième que je lis, le troisième où je rédige mon avis et même mon 3ème dans l’ordre de préférence des parutions de Luca Di Fulvio.

Mais justement, parce que c’est le dernier qui me reste à rédiger avant son prochain roman, j’avais envie de le garder encore un peu pour moi, jalousement, égoïstement.

Ai-je réellement besoin de répéter ce que je crie haut et fort dans Le gang des rêves et Le soleil des rebelles ?

Le fait que l’auteur ait un vrai talent de conteur.

Que l’on s’immerge dans ses mots, dans son histoire, de son amour pour la liberté avec un grand « L » et sous toutes ses formes. Les ingrédients ont beau être sensiblement les mêmes, il arrive toujours à nous étonner et surtout à nous embarquer. Deux destins fait pour se réunir, des personnages hauts en couleurs, riche en émotions et une époque lointaine où je ne suis pas sûre de vouloir spécialement vivre.

Se battre pour survivre, se battre pour vivre tout simplement. Se battre pour acquérir sa propre liberté.

Sa liberté d’agir, de penser mais aussi la liberté de pardonner. Voilà ce que vous allez pouvoir trouver dans Les enfants de Venise.

Ca pourrait sembler un peu mièvre, et ça l’est par moment (ou du moins ça ressort le côté fleur bleue en chacun de nous haha) mais c’est surtout intense au niveau émotion, ça touche pour plein de raisons différentes et je suis ressortie de cette lecture vidée… mais heureuse.

Les personnages sont des leçons de vie à eux tout seuls.

Gentils, méchants, pauvres ou riches, honnêtes ou voleurs… qu’importe! Ici, personne n’entre dans une catégorie distincte, chacun agit guidé par ses sentiments, ses émotions et surtout pour ce qu’il croit juste. Guidé par un objectif qui va leur faire vivre des aventures ordinaires comme extraordinaires mais surtout humaines.

Et nous on les suit dans cette vie, dans cette quête, dans ces rêves que chacun souhaite réaliser. Enorme coup de cœur pour Mercurio, personnage principal, évidemment qui m’a le plus touché par sa façon d’être et ses valeurs lui qui a débuté sa vie dans un orphelinat mais surtout dans la rue. Et autant dire qu’au 16ème siècle, à Venise ce n’est pas la même chose qu’aujourd’hui.

Et au contraire de Mercurio, Giuditta, qui est le deuxième protagoniste, a fini par m’agacer sur certains points et à devenir elle-même agaçante (on ne peut pas avoir que du positif tout le temps haha). Mais comme tous, les relations sont essentielles pour permettre aux personnages présents dans le livre d’avancer.

Et ce n’est pas tant leur relation que j’ai apprécié, et d’ailleurs ce n’est pas ce qui m’a touché dans les autres romans non plus, mais vraiment le chemin que chaque personnage accompli pour parvenir à son objectif final.

Alors mon ressenti est sensiblement le même que les autres prouvant juste l’étendue du talent de Luca Di Fulvio à vous sortir une histoire qui vous prend aux tripes, qui ne vous lâche pas jusqu’à la dernière page et encore maintenant.

Preuve en est que lire des pavés de plus 900 pages en à peine 4 jours… ce n’est pas tous les jours que ça arrive. C’est dire à quel point on est pris dans cette ronde folle, de ces bouts de vie qu’on prend ici et là pour finir par en poser une histoire extraordinaire dans un monde sombre et pauvre.

Et pourtant à aucun moment on a la sensation qu’ils sont vraiment malheureux. Il y en a, évidemment, et pourtant quand j’ai lu ce livre, j’ai eu la sensation que ces gens profitaient de ce qu’ils avaient et que même en étant pauvres ils avaient le principal : la liberté. On y revient toujours hein !

En bref,

Une parenthèse entre deux thrillers qui fait du bien. Et pourtant c’est un livre qui prend à la gorge à certains moments, qui vous fait passer du rire aux larmes parce que c’est fort même si j’ai eu moins d’empathie avec Giuditta. Un talent de conteur qui pourrait vous faire passer l’annuaire pour un chef d’œuvre (léger euphémisme). Une histoire qui prône la liberté, l’amour, l’amitié et le bonheur à travers ses personnages et leurs actions. C’est beau, c’est touchant et j’aurais aimé garder un peu toutes ces émotions pour moi… encore quelques jours…

Mais maintenant, à votre tour de le découvrir!


« Ne l’oublie jamais. Si la vie devient compliquée, c’est parce que c’est nous qui la compliquons. Le bonheur et la souffrance, le désespoir et l’amour sont simples. Il n’y a rien de difficile. Tu te le rappelleras ? »

« Devenir riche, ça ne veut rien dire. Tu dois vouloir quelque chose qui nourrit le cœur. Ou tu mourras à l’intérieur. »

Publicités

5 réflexions sur “Les enfants de Venise – Luca Di Fulvio

  1. Ping : Bilan Juillet 2019 – Un Livre Toujours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s